Vous êtes ici : Accueil > MUSEE > ARTS VISUELS > ARTS PLASTIQUES > En analyse > Jean Baptiste Corot
Par : CM2
Publié : 4 juillet 2012

Jean Baptiste Corot

Ses oeuvres les plus connues

femme à la perle autoportrait
les jardins de la villa d’este le pont de Narni
Florence vue des jardins de Boboli signatures en majuscule toujours

 

Sa biographie

Jean -Baptiste Camille Corot né le 16 juillet 17961 à Paris et mort dans le 1e arrondissement de Paris le 22 février 1875, est un peintre français

Il passa longtemps pour être un peintre amateur qui avait tout loisir de voyager non seulement un peu partout en France, mais aussi en Italie, où il résida à trois reprises. Au cours de ses voyage, il ne cessa de peindre des paysages idylliques, généralement étoffés de petits personnages, selon les règles du paysage classique. Il est enterré au Père Lachaise.

Corot est issu d’une famille de commerçants aisés. Les Corot ont deux autres enfants, Annette Octavie (1793-1874) et Victoire Anne (1797-1821). Corot fait des études sans éclat au collège

de Rouen (1807-1812). Le dimanche, il est accueilli par des amis de ses parents, les Sennegon, auprès desquels il apprendra à aimer la nature.

A la sortie du lycée, en 1815, il est placé par son père chez deux marchands de drap. Mais le jeune homme n’a guère de goût pour le commerce, et suit des cours de dessin le soir. En 1822, il finit par convaincre ses parents, à l’âge de 26 ans, de l’autoriser à poursuivre une carrière de peintre, en obtenant d’eux une rente annuelle de 1 500 livres. L’aisance de ses parents le met à l’abri du besoin, mais, en contrepartie, il restera dépendant d’eux jusqu’à leur mort.

Corot apprend le néoclassicisme, le travail en plein air et le paysage historique avec Achille Etna Michallon et Jean-Victor Bertin Bertin l’incite à aller travailler en forêt de Fontainebleau.

Corot sera ainsi l’un des premiers peintres à travailler dans le village de Barbizon. Il ira également peindre dans la vallée de la Seine, et sur les côtes de la Manche.

Depuis le xviiie siècle, le voyage en Italie fait partie de la formation de tout jeune artiste. Corot est déjà familier des paysages italiens, qu’il a copiés sur les toiles rapportées d’Italie par son maître Michallon.

C’est donc tout naturellement qu’il demande à ses parents de financer son premier voyage.

Il a puisé son inspiration dans ses voyages notamment en Italie (Toscan, Venise), en Suisse et dans les provinces française.

Corot est difficile à classé, moderne, néoclassique ?

Tout au long de sa vie il continue à voyager essentiellement en France (Dauphiné, Nord Pas de Calais) avec d’autres peintres.

Il est, par ailleurs, de plus en plus attiré, à partir de 1850, par une peinture dans laquelle il laisse libre cours à son imagination, délaissant l’exactitude du paysage peint qu’il remodèle à son gré. Le thème du « souvenir » devient prépondérant dans son oeuvre, Se succèdent alors des toiles telles que Matinée, Danse des Nymphes, Souvenir de Marcoussis ou le célèbre Souvenir de Mortefontaine.

Pendant les dernières années de sa vie, Corot gagna de fortes sommes d’argent grâce à ses toiles, qui étaient très demandées.11 était très généreux et donnait beaucoup d’argent à ses amis qui en avaient besoins. Atteint d’un cancer à l’estomac, Corot mourut à Paris le 22 février 1875.

 

Par Léa et Elsa

Documents joints