Vous êtes ici : Accueil > MUSEE > ARTS VISUELS > ARTS PLASTIQUES > En analyse > Léonard De Vinci
Par : CM2
Publié : 7 juillet 2012

Léonard De Vinci

 

 Sa biographie :

Le 15 Avril 1452 dans un petit village de Toscane (qui porte aujourd’hui son nom), à l’ouest de Florence, naît le fils d’un riche notaire florentin et d’une paysanne : Léonard Di Ser Piero Da Vinci, appelé aussi Léonard De Vinci.

 Le petit Léonard est élevé par son grand père paternel et consacre la plupart de son temps à jouer dans la nature et à observer, ce qui explique peut être sa passion future pour elle et son insatiable désir de percer ses secrets.

 1460, la famille De Vinci s’installe à Florence où Léonard, âgé alors de 8 ans, reçoit une solide éducation.

 

En 1468, Léonard entre comme apprenti dans l’atelier Florentin de Andréa Del Verrocchio avec comme compagnons de travail : Botticelli, Le Peruguin et Domenico Ghirlandaio. Après un an passé au nettoyage des pinceaux et autres basses besognes, son maître l’initie à la préparation des couleurs, la décoration, la gravure, la peinture des retables et des fresques ainsi qu’à la sculpture sur marbre et sur bronze.

 

 Durant cette période Del Verrocchio, son maître, est chargé de peindre entre autre, "Le baptême du Christ", à cette occasion il confie à De Vinci ainsi qu’à Botticelli l’exécution d’une partie de l’œuvre.

 1472, il est accepté dans la compagnie de Saint Luc, la célèbre guilde des peintres Florentins, mais il reste pourtant l’assistant de De Verrochio pendant 4 ans encore.

 1476, Léonard peint son premier tableau (la madone à l’œillet) et entre dans l’atelier d’Uccelo avec lequel il étudie la perspective, mais aussi la géométrie et toutes les sciences de l’époque. Il accumule à force de travail et de lecture, une somme considérable de connaissances dans divers domaines comme l’hydraulique, l’architecture, l’anatomie et assiste de manière régulière à des réunions de mathématiciens.

 1478, première commande en tant qu’artiste indépendant : Le retable de la chapelle du Palazzo Vecchio (jamais achevé) puis "La madone Benoit" et le portrait de Ginevra Benchi en 1481.

 1482, le duc de Milan, Ludovic Sforza, l’appelle à son service. Il travaille comme peintre ("La dame à l’hermine", "La vierge au rocher") mais aussi comme architecte, décorateur, sculpteur, organisateur de tournois et de bals masqués, publie des essais sur la botanique, l’hydraulique, l’anatomie, la géologie et s’adonne à toutes sortes d’expériences. Sa devise :"l’art n’est qu’une manière de découvrir le monde et de soumettre le savoir à l’expérience". Il consigne les résultats de beaucoup de ses recherches (parfois malheureuses, ex : "La cène"), sur des carnets en utilisant un code (écriture inversée de la droite vers la gauche) car bon nombre de ses travaux auraient pu le mener droit au bûcher : disséquer un cadavre ou ne pas se contenter des explications de la bible sur toutes choses (l’influence de la lune sur les marées, la géologie et la formation des continents, les bases de l’aérodynamisme.....)était très mal vu par l’église à cette époque quand à avancer de nouvelles théories...

 1499, l’armée française chasse le duc de Milan et sa famille. Léonard part en voyage et passe par Venise ou il restera quelque temps.

 

 En 1500 il retourne à Florence, puis César Borgia, duc de Rome et Général des armés du pape Alexandre VI le prend sous sa protection en 1502. Il supervise pour ce dernier la fortification des territoires de l’église du centre de l’Italie. Léonard devint peu à peu célèbre dans tout l’occident

 

 1503, il participe à la commission chargée du choix de l’emplacement du "David" de Michel-Ange. La même année, il prend part à la guerre contre Pise comme ingénieur. Il en retire de nombreux enseignements pour ses futurs travaux "militaires" et reçoit une commande pour la réalisation d’une fresque reproduisant la Bataille d’Anghiari pour le Palazzo Vecchio.

 C’est au cour de cette période qu’il peint "La Joconde" et les esquisses de Léda et le Cygne.

 

 en 1506, le maréchal de France, Charles d’Amboise, gouverneur de Milan, le prend à son service, et dès l’année suivante c’est Louis XII de France, résidant lui aussi dans la ville, qui lui offre sa protection et l’engage comme "peintre et ingénieur ordinaire". Léonard De Vinci réalise pour lui "La statue équestre de Trivulce" qui restera inachevée comme beaucoup de ses oeuvres et une seconde "Vierge au rocher".

 

 En 1514, à la demande de Julien de Médicis, Léonard part pour Rome et entre au service du pape Léon X. Il vit au palais du belvédère du Vatican et avec la bénédiction du pape "humaniste", se consacre principalement à ses expériences scientifiques.  Il s’en suit une période ou il voyage à travers le pays, de ville en ville, proposant ses services à tout notable ou seigneur voulant bien l’entretenir. Cette condition précaire, que partagent la plupart des artistes de son époque, lui permet quand même de continuer ses recherches.

 François Premier, fasciné et séduit par Léonard De Vinci, l’engage comme "Premier peintre, architecte, et ingénieur du roi" et lui achète plusieurs de ses tableaux pour une somme considérable (dont "la Joconde"). Le roi installe Léonard au château de Clos-Lucé prés d’Amboise ou ce dernier organise, en l’honneur de son protecteur, fêtes équestres, mascarades et feux d’artifices.

 Léonard y finira ses jours paisiblement en se consacrant à des travaux d’architecture pour les châteaux royaux et à la recherche scientifique. Il y mourra le 2 Mai 1519 à l’age de 67 ans et léguera l’ensemble de ses notes techniques à Francesco Melzi, son élève, en espérant qu’elles soient publiées. Ce n’est que quatre siècles plus tard que le génie de Léonard éclata au grand jour.

Artiste Léonard De Vinci photo 1 Léonard De Vinci photographie artiste 3
l’homme de Vitruve la Joconde
la vierge au rocher la dame à l’hermine
Fichier:Da Vinci Studies of Embryos Luc Viatour.jpg
la vierge à l’oeillet Étude de Léonard de Vinci sur l’embryon humain, 1510-1513.

 

 

 

Documents joints